printed

Printed Commons

L’un des deux nouveaux champs de vision de cette seconde édition de RECIPROCITY est le design graphique, avec une attention particulière portée sur le graphisme et la communication visuelle en tant qu’outils d’expression citoyenne pour le changement social. Les différents éléments du projet Printed Commons adressent leur expression sous les angles de l’intervention dans l’espace public et le partage tangible de savoirs.

On constate une prise de conscience croissante de l’innovation sociale, des communautés actives. Adoptent-ils le graphisme de manière différente ?

TS : Absolument. Les outils se sont largement démocratisés et je pense que c’est formidable mais avoir un soutien pédagogique ou didactique en matière de langage visuel est primordial également. Les outils informatiques et les logiciels ne suffisent pas à réaliser quelque chose de valable auquel les gens réagiront. Il y a beaucoup de passerelles entre les processus actifs d’innovation sociale et les flux de travail du graphiste, je pense. Il y a, tout d’abord, l’étape de collecte d’informations qui permet d’explorer et de comprendre le véritable problème ou le défi à relever.

Ensuite, survient le grand fossé à combler par la création : 30 à 40 % de chaque projet devrait ainsi avoir une composante artistique. Il faut donner de la beauté au message, y ajouter quelque chose. Cependant, il est primordial de préserver un équilibre entre la prise de position et l’esthétique.

NB : Le design graphique a toujours occupé une place relativement exceptionnelle dans l’histoire du design car sa « fonctionnalité » est directement liée à la pensée, aux idées et aux images. Il est plus question de concevoir une idée qu’une fonction. Par conséquent, le graphisme est étroitement lié à l’innovation sociale, même si bon nombre d’auteurs ont bataillé avec les pratiques collectives dans le passé. Cependant, aujourd’hui, être auteur signifie avoir une approche esthétique mais éthique et qui finit par trouver sa forme, tandis que la contribution des collectifs de design est plus importante que jamais.

Extrait d’interview par Emma Firmin figurant dans la publication RECIPROCITY 2015 / About Social Innovation

Photography © Germain Ozer

Reciprocity 2015-16

Welcome to__

La continuité est l’un des piliers de RECIPROCITY, et le projet Welcome to__ illustre comment le design peut aider à catalyser une communauté locale et l’accompagner dans la mise en place de changements positifs. Il s’agit d’une rencontre avec une série de narrations tissées pour et avec les habitants du quartier de Saint-Gilles à Liège et ceux de Trasenster dans la ville de Seraing.

 Des coupes budgétaires en matière d’aide sociale sont au cœur de l’’actualité.
À votre avis, comment de tels projets s’intègrent-ils dans ce contexte?

D’un côté, il existe le risque de voir ce type de démarche récupéré par les pouvoirs locaux: “OK, maintenant vous êtes capables de prendre les choses en main vous-même, nous n’avons pas à le faire.” C’est là que réside le danger. De l’autre, il est vrai que durant des décennies nous avons énormément investi pour transférer nos responsabilités citoyennes ou notre rôle dans la société envers des tiers. On redécouvre dès lors certaines relations. Je pense qu’il est utile de trouver un équilibre entre les deux. Il faut prendre conscience que la complexité de la société et certaines questions nécessitent  aussi une certaine expertise. On ne peut simplement pas tout re-transférer vers les citoyens et ignorer des décennies de recherche.

Extrait d’interview par Emma Firmin figurant dans la publication RECIPROCITY 2015 / About Social Innovation

Photography © Germain Ozer

Reciprocity 2015-21

DECONSTRUCTION

Avec Deconstruction, le collectif de design et de recherche bruxellois, Rotor, ouvre RECIPROCITY à la thématique de l’Architecture. Ce projet vise à illustrer le démantèlement des bâtiments et le réemploi des matériaux de construction, tissant ainsi les liens entre logistique et lyrisme. Un système intégratif qui offre non pas un maintien artificiel de l’hégémonie du passé mais une économie et un flux de matériaux alternatifs. Un système où les éléments sains et valorisables d’un bâtiment sont extraits ensuite nettoyés, coupés et stockés pour être vendus et réutilisés.

Qu’est-ce qui a réellement motivé la mise en place de Rotor Reconstruction ?

Nous avions remarqué une incompatibilité entre les services et pratiques qui existent à l’heure actuelle et le patrimoine immobilier qui va être détruit maintenant et dans les décennies à venir… Sur les grands chantiers de démolition et en particulier sur les chantiers de démolition d’immeubles issus du modernisme et du modernisme tardif, peu d’initiatives étaient prises. La plupart des négociants et des designers qui travaillent avec des matériaux de récupération se concentrent sur des matériaux de construction de type rustique. Après avoir écumé plusieurs échecs pour attirer l’attention des négociants à utiliser ces autres matériaux, nous avons décidé de remplir nous-mêmes ce créneau…

Extrait d’interview par Emma Firmin figurant dans la publication RECIPROCITY 2015 / About Social Innovation

Photography © Germain Ozer

artek_cover

OUVERTURE RECIPROCITY 2015 :: CONFÉRENCE ARTEK MANIFEST

Envie de comprendre les fondamentaux de l’esthétique finlandaise ? La Directrice générale d’ Artek, Marianne Goebl, le 1er octobre tiendra une Conférence sur le long parcours, la recherche et l’investissement dans le design durable de la marque dont un des fondateurs répond au nom mythique d’Alvaro Aalto. Artek, créée au début du mouvement moderniste international comme plateforme pour les arts modernes, l’industrie, l’architecture d’intérieur et la propagande, 80 ans après sa fondation fonctionne encore selon la vision de ses créateurs, et ouvre le bal, avec le vernissage de l’exposition « The Taste of Change » et la cérémonie d’attribution des prix au Musée de la Vie wallonne à 18h,  de la prochaine édition de RECIPROCITY. Lors de la rencontre, une série de tabourets de la marque, les best-sellers Stool 60 signés Aalto, seront revisitées avec la technologie laser par trois artistes liégeois : Marc Vanlindt – fractales digitales; Toska – Urban graphic; Romain Troupin – Art fake. Réservez sans tarder vos places !

Et pour approfondir l’univers de la marque, il y aura l’expo satellite chez Desiron Lizen pendant toute la durée de RECIPROCITY. 

Artek Manifest
01/10, 1:30-2pm
RECIPROCITY MEETING POINT
RElab
Place Saint Etienne / Place Saint-Denis
4000 Liège
www.relab.be

Pour s’inscrire :
http://www.eventbrite.fr/e/billets-reciprocity-meeting-point-artek-manifest-18309248455

IMAGINE_POST

IMAGINE LIEGE :: When Form Follows Film

Partie intégrante de RECIPROCITY 2015, IMAGINE LIÈGE est un événement de deux jours, 2 et 3 octobre 2015, qui aura lieu à La Cité Miroir et dont le focus est l’exploration du rôle-clé du film dans le design social. Le commissaire Max Borka a voulu mettre en lumière les œuvres de deux cinéastes pionniers dans le domaine, Marcus Vetter (DE) et Andreas Dalsgaard (DK), sans oublier La Jungle Etroite du réalisateur liégeois Benjamin Hennot, proposée en projection permanente. Des débats sur le film, le design social et la scène locale accompagneront les projections.

Inscrivez-vous vite, les places sont limitées !
www.reciprocityliege.be/inscription

Pour le programme complet du 2 & 3 octobre :
IMAGINE LIEGE

international-winner

THE TASTE OF CHANGE :: PRIX INTERNATIONAL :: AND THE WINNER IS…

Arne Pauwels et son projet Wakati !
C’est un projet réussi qui ne cache pas ses ambitions – minimiser les pertes après-récolte de ce qui est déjà produit dans les pays en voie de développement -, qui a remporté le Prix International dans le cadre du RECIPROCITY DAY / EXPO MILANO 2015 au Pavillon belge, attribué par le Jury International de l’Appel à projets THE TASTE OF CHANGE – Design for food.

Wakati, qui signifie “temps” en swahili, permet aux fermiers d’augmenter la durée de conservation de leurs fruits et légumes. D’après les Nations Unies, 45% des fruits et légumes sont abîmés avant d’arriver au marché. L’initiateur du projet, Arne Pauwels, inspiré par une “ancienne” technologie permettant de garder les espaces plus frais, a donc imaginé son premier usage par des fermiers en Afrique, obligés à parcourir des longues distances pour atteindre le marché le plus proche où vendre leur production, et certes sans réfrigérateurs portables. La productivité requiert un espace de stockage, afin d’y protéger la récolte : Wakati est donc idéal pour les régions chaudes d’un monde doté de peu d’énergie. Cette tente/container offre un micro-climat stérilisé, alimenté par un panneau solaire de 3 Watts : il peut contenir 180 kg de fruits et légumes. L’énergie requise représente moins d’1% de celle d’un réfrigérateur et le coût est minime.
Le caractère multi-disciplinaire du projet attire certes les différentes communautés : éco-durable, business, design. Ces multiples dimensions convergent dans ce que nous nommerons « design pour l’humain », avec un taste for change, naturellement !

Le jury du Prix International

Giovanna Massoni, directrice artistique de RECIPROCITY design liège et commissaire de l’exposition, Liège (BE)
Audrey Bres – Yookô Magazine, Paris (FR)
Leen Creve – journaliste free-lance, Anvers (BE)
Vivian Cheng – designer et membre de l’ICSID, Hong Kong (HK)
Emma Firmin –  journaliste free-lance DAMn, Bruxelles (B/UK)
Agata Jaworska – journaliste free-lance, commissaire d’exposition, écrivaine, Amsterdam (NL)
François Jégou – Strategic Design Scenarios / ENSAV La Cambre, Bruxelles (BE)
Anna Meroni – professeur associé du Département de Design du Politecnico di Milano; coordination internationale DESIS – Design for Social Innovation and Sustainability Network Association (IT) 
Mathieu Nguyen – journaliste, Le Vif Weekend, Bruxelles (BE)
Cristina Morozzi – journaliste et Design Director of Education – Design School-Istituto Marangoni, Milan (IT)
Laurence Soetens – food designer, Food Fiction, Bruxelles (BE)
Saskia Van Stein –  directrice artistique, Bureau Europa, Maastricht (NL)

Ce projet ainsi que 59 autres selectionnés feront parti de l’exposition THE TASTE OF CHANGE pendant RECIPROCITY 2015!

euregio-winner

THE TASTE OF CHANGE :: PRIX EUREGIO :: AND THE WINNER IS… 

Chloé Rutzerveld et son projet Edible Growth !
C’est un défi inédit qui démontre comme hi-tech peut rimer avec santé. Il a remporté le Prix Euregio, attribué ce 4 mai par le Jury de l’Appel à projets THE TASTE OF CHANGE – Design for food.

Edible Growth est un exemple d’un produit alimentaire futur qui crée un pont entre les nouvelles technologies et les pratiques authentiques de la croissance et de la nourriture d’élevage. Il combine la nourriture avec les nouvelles technologies, la nature, la culture et le design.
Plusieurs couches contenant un terrain propice, les graines, les spores et les levures sont imprimés selon un fichier 3D personnalisé après quoi des processus naturels comme la photosynthèse et la fermentation commencent. Dans les cinq jours suivants, les plantes et les champignons mûrissent. L’intensification de la structure, l’odeur et le goût du produit sont reflétés dans son apparence de changement : selon l’intensité préférée, le consommateur décidera alors quand récolter pour pouvoir en profiter !


Le Comité de sélection et le jury du Prix Euregio

Président du comité de sélection : Alok Nandi
Directeur créatif de Architempo – coCreationcamp, interaction designer, conférencier à l’Institut Paul Bocuse Lyon, membre du jury Food Design pour Core77 Awards 2012

Giovanna Massoni – Directrice artistique de RECIPROCITY design liège et commissaire de l’exposition
Clio Brzakala – Wallonie Design / direction générale de RECIPROCITY design liège
Claudine Moreau – Marjorie Charlier – Province de Liège / Culture, Liège
Dorothée Goffin – Smart Gastronomy Lab, Gembloux
Isabelle Grommet – WAGRALIM, Pôle de compétitivité – Agro-Industrie Wallonie, Gembloux
François Jégou – Strategic Design Scenarios / ENSAV La Cambre, Bruxelles
Jérémy Joncheray – Taste & Visual, Strasbourg / Liège
Isabelle Masson-Loodts – Journaliste indépendante, auteur, chroniqueuse, Liège
Giorgia Morero – Fédération Wallonie-Bruxelles et Wallonie-Bruxelles Design Mode, Bruxelles
Kunty Moureau – Journaliste free-lance et commissaire d’expositions, Liège
Caroline Naphegyi – Lille Design, Lille
Jean-Luc Pigneur – Generation W – Vieusart Academy of Culinary Arts
Heleen Van Loon – Cultuurplatform Design Limburg, Hasselt
Saskia Van Stein – Bureau Europa, Maastricht

Ce projet ainsi que 59 autres selectionnés feront parti de l’exposition THE TASTE OF CHANGE pendant RECIPROCITY 2015!

EXTRAMUROS_title

WAITING FOR RECIPROCITY 2015 :: RECIPROCITIES : LES EVENEMENTS EXTRA-MUROS

Vivier créatif au cœur de la Wallonie, RECIPROCITY design liège ne cesse de tisser des liens, stimuler les débats et soutenir l’innovation. Cette édition 2015 élargit ses frontières du point de vue de la discipline et de la géographie : RECIPROCITY accueille, dans son programme, une série d’expositions et d’événements organisés dans d’autres villes en Belgique et dans l’Euregio Meuse-Rhin. Voici les extra-muros.

Toegepast est un concours annuel s’adressant aux designers diplômés. En 2015, 20ème édition, l’exposition se tiendra à nouveau à Z33 à Hasselt mais, dans le but de souligner ce jubilée, elle sera sous le signe de l’expérimentation : tous les sélectionnés des éditions précédentes seront également invités à collaborer à Beyond Food & Design, qui aura lieu au C-mine designcentrum de Genk, commissaire d’expo Jan Boelen. À Mons 2015, Capitale européenne de la Culture, Innovation & Ready-made propose une réflexion sur la conservation et la mise en valeur de notre patrimoine, tangible et intangible, questionnant le rôle que nous tous pouvons jouer. Suite à un workshop organisé sur six mois par Studio Simple, l’exposition déploiera les problématiques liées à l’évolution des technologies de fabrication du design et à leurs répercussions dans notre quotidien. À Maastricht, Bureau Europa vise à mettre en exergue certains réseaux européens qui relient différents acteurs et événements. Dans l’exposition Design by choice, organisée par le professeur Sowa et Jules Schoonman, la révolution industrielle est au centre de l’attention avec une cartographie qui illustre les centres de production de fonte en focalisant sur les catalogues commerciaux pour la vente en Europe au 19ème siècle. Parallèlement, dans Made in Europe, la photographe Kim Bouvy analyse la réciprocité spécifique entre l’histoire et l’identité industrielle de Liège et de Maastricht. Shifiting Identities raconte l’histoire de l’Euregio Meuse- Rhin. Au départ de l’expérience quotidienne de ses habitants et de l’utilisation des nouvelles technologies, cette exposition présente une recherche sur les caractéristiques identifiables de cette fascinante région frontalière. L’exposition Dear Euregio Dates, à Liège et à Maastricht, présente une enquête à niveaux multiples sur le caractère de l’Euregio Meuse-Rhin. Le but de Dear Euregio est de tracer les habitudes, les routines spatiales et les expériences des habitants de la région transfrontalière. Ces expériences sont traduites en cartographies mais aussi en actions spatiales et interventions. Le projet est développé à partir de deux containers transformés : un pour l’équipe de Dear Hunter et un meublé comme une petite chambre d’hôtel entièrement équipée pour recevoir les invités et les collaborateurs. Une série de designers sont invités à joindre les « dates » (rendez-vous). Ces rencontres sont enregistrées dans un « road movie » présenté à Maastricht et à Liège. Une visite guidée pour découvrir la scène culturelle de Maastricht et de l’Euregio et ses protagonistes : Common Knowledge#21 est organisé pour renforcer la connaissance des créatifs, artistes, professionnels de la culture et curieux lors d’une balade à travers Maastricht. À Kerkrade, aux Pays-Bas, le Cube Design Museum inaugure ses activités consacrées au meilleur design international et eurégional. Le musée se veut un espace dynamique de co-création grâce à ses Living Labs. Côté Allemagne, Designmetropole Aachen est un réseau d’artistes et créateurs qui opère dans la grande région de Aachen et les parties limitrophes de la Belgique et des Pays-Bas. En octobre 2015, Designmetropole invitera les designers à planifier des jours « portes-ouvertes » de leur atelier, en accueillant des événements et en organisant des moments festifs.

Plus d’informations ici!

000_SAT_TOP

WAITING FOR RECIPROCITY 2015 :: LES ÉVÈNEMENTS SATELLITES

La prochaine édition de RECIPROCITY transformera Liège en un lieu de création, de réflexion et de partage comme vous ne l’avez jamais vu. Grâce au support et à la collaboration de la Province de Liège / Culture, une sélection de galeries, musées et organisations de Liège créeront un itinéraire au contenu inédit et complémentaire autour du programme principal et aux initiatives « guests ».
Voici tous les événements satellites, profitez-en bien !

Situé dans la grande galerie de la Gare de Guillemins, RECIPROCITY Showcase est un aperçu de la Triennale déclinée en quatre vitrines. La valeur de l’écosystème est l’installation auprès du siège liégeois de Banca Monte Paschi Belgio, partenaire principal de RECIPROCITY 2015 : une série novatrice de vases modulables pour potagers domestiques créera dans ces espaces un imprévisible paysage vert. Wrong is the new Right, tout au long de la Triennale, vous donne rendez-vous avec les acteurs des changements dans le domaine de l’innovation sociale sur l’immanquable site de la brasserie Curtius. Le 7ème sens, inspiré par la thématique alimentaire, propose les travaux des étudiants en Design Industriel de l’ESA Saint-Luc Liège. Art Berbère présente des œuvres, dont certains seront vus pour la première fois en Belgique, de la collection Viola, s’intéressant à l’héritage de la production artisanale des berbères du Maroc dans un dialogue avec notre culture. À l’Espace Wallonie, deux expositions révèlent l’activité créative des étudiants de l’année scolaire 2014 – ‘15. Suite au concours L’Odyssée de l’Objet, les élèves des écoles wallonnes et bruxelloises ont développé des objets inspirés au thème « Objet de saison ». L’association Spray Can Arts présente Pommes-Poires, un projet visant à soutenir les commerçants locaux grâce à une série d’animations, de conférences et de services. Le designer Frédéric Richard met en place une installation inspirée de l’évolution de nos styles de vie contemporaine et la vie dans les campagnes hesbignonnes, et plus particulièrement à celle de ses grands-parents, fermiers. Par la mise en situation d’objets issus de ses recherches, l’exposition évoque certaines habitudes perdues comme celle de se réunir dans La belle place, qui donne le titre à l’installation. La galerie Les Drapiers présente des tissus et des tapis édités spécialement pour cet événement et créés par ObjectsProjects. Inspiré par la culture turque, le mot Sofra fait ici référence à un objet, la table ronde, mais également à un espace où les familles se réunissent, en s’exprimant librement. Alain Berteau, architecte et designer belge, présente Genèse, révélant toutes les phases, du premier croquis au produit final, d’une nouvelle collection d’assises versatiles. Croquis dévoilant le processus créatif aussi chez Design exquis, qui transpose le jeu surréaliste à l’univers du design. Une exposition et un shop à la fois : dans Le Comptoir du design, onze créateurs liégeois présentent différents objets issus d’une démarche à la croisée de l’art, l’innovation technique et à la rencontre des enjeux de la société d’aujourd’hui, en repensant la forme et la fonction en adéquation avec certains critères esthétiques et émotionnels. Avec Cuillère Couteau Fourchette, Alain Wathieu nous propose une étonnante balade sur les tables d’aujourd’hui et d’hier, à la découverte du couvert en inox. L’exposition 100 Tambours ni Trompette met en lumière le travail de Baudouin Fettweis, artisan-créateur aux multiples facettes, et ses nombreux meubles à tambours. Le tout est plus que la sommes de ses parties est l’exposition qui se tiendra à l’Institut Saint-Luc Liège secondaire et aux alentours, et ce, suite à une série de rencontres comme celle avec l’artiste Caroline Léger et ses installations végétales. Dans le showroom de Desiron Lizen, l’exposition Le design pour un nouveau système d’habitat célèbre les 80 ans de style et radicalité d’Artek, la marque finlandaise d’ameublement fondée au tout début du mouvement moderniste international, comme plateforme pour les arts modernes, l’industrie, l’architecture d’intérieur et la propagande.
Et pour finir, nous vous signalons Pénélope et les 3 p’tits Cochons : la jeune compagnie théâtrale de Liège Hop Ar Noz va vous régaler d’une satire désopilante sur les déviances de l’industrie alimentaire. La conférence Le réemploi des matériaux de construction organisée par LIEGE CREATIVE invite Maarten Gielen du collectif ROTOR à approfondir le thème traité dans l’exposition Deconstruction. Et pour apprendre à conserver nos fruits et légumes, rendez-vous avec la Conserverie mobile et solidaire et ses workshops !

Pour plus d’informations, cliquez ici!

guest_title_new

WAITING FOR RECIPROCITY 2015 :: LES INVITÉS

L’âme de RECIPROCITY est éminemment polyphonique. Le programme principal, développé par des commissaires de renommée internationale, comprendra un meeting point, quatre expositions et un événement dédié aux films documentaires pour l’innovation sociale. Mais il y a bien plus… Cinq expositions et événements seront organisés autour du programme principal et de ses thématiques par des institutions invitées, actives dans le domaine du design en Belgique. Allons donc à la découverte de ces guests.

Design on track est une co-organisation de la Spi, Wallonie Design et Job’in Design. Cette exposition rassemble une sélection de produits/services conçus par des entreprises de Wallonie. L’exposition inaugurera le cycle d’événements de la Design Station Wallonia, le tout nouveau centre dédié à la promotion du design et de l’économie de cette région. A Touch of Steel est une exposition itinérante issue du concours Prix de l’acier 2014, organisé par le Kolloquium Nordrhein Westfalen et le département du Design de bijoux et Orfèvrerie de l’Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers. La présentation, qui se tient au Grand Curtius, comprend le travail des 22 étudiants belges et allemands qui ont été sélectionnés pour les interprétations novatrices de ce matériau. Parallèlement, on pourra découvrir les créations en acier de 27 artistes et designers. Présentée dans la galerie de Design Vlaanderen en septembre 2014, l’exposition MÖBEL est, dans le cadre de la Triennale, installée à ESA Saint-Luc Liège. Elle réunit une collection de meubles conçus par des designers reconnus et fabriqués dans l’atelier RessourceLab par des travailleurs de l’économie sociale. MAD In Situ est le laboratoire d’innovation sociale de MAD Brussels. Le centre présentera, dans le meeting point de RECIPROCITY 2015, les projets développés en collaboration avec les designers en résidence, engagés dans une démarche créative dynamique basée sur la confrontation avec les problématiques de la communauté locale. Enfin, Creative Jam, organisé par Design Innovation, est un workshop/exposition pour repenser le repas et le système de distribution de ces derniers. Les participants y créeront des nouvelles recettes sur base de produits provenant de circuits courts, scénariseront les usages et prototypent les nouvelles propositions, tant au niveau contenu qu’au niveau contenant. Les résultats de ce marathon créatif seront offerts aux visiteurs lors d’une dégustation festive.

Pour plus d’informations sur les expositions invitées, cliquez ici!